lundi 27 septembre 2010

Le geai

Ce matin, je vaquais à quelque obligation, dans cette partie de la rue qui n'est pas encore étouffée par les immeubles. Des pavillons démodés, des jardins proprets, quelques grands arbres donnent aux propriétés des allures de province. A deux mètres de moi, derrière le portail d'une de ces demeures survivantes, j'ai vu un oiseau très coloré, assez vif et mobile pour que je le remarque, assez curieux et attentif pour que j'aie  le temps de l'admirer. D'une main fiévreuse je cherchai dans mon sac un appareil photo qui, hélas, n'y était pas. Ma mémoire devait garder la trace d'une ancienne leçon de choses, car le mot que j'ai cherché, en rentrant  chez moi,  c'était "geai". Et voilà ce qu'il me fut donné de voir :


Il s'agit bien d'un geai, le geai des chênes plus précisément. Si vous voulez entendre le chant, pas très harmonieux il faut l'admettre, de celui qui (nous) cajole, c'est ici. Je ne me lasse jamais de découvrir dans ma ville de si jolis témoignages de la nature toute proche. Peut-être la proximité du Canal de l'Ourcq ou du Parc de la Poudrerie y aide-t-elle.



Et c'est ainsi qu'une journée mal commencée, mêlant les conséquences d'incivilités subies et des préoccupations personnelles, s'en est trouvée un peu éclaircie...

Le Geai paré des plumes du Paon 
Jean de La Fontaine(IV,9)


Un Paon muait; un Geai prit son plumage ;
     Puis après se l'accommoda ;
Puis parmi d'autres Paons tout fier se panada
     Croyant être un beau personnage.
Quelqu'un le reconnut : il se vit bafoué,
     Berné, sifflé, moqué, joué,
Et par Messieurs les Paons plumé d'étrange sorte ;
Même vers ses pareils s'étant réfugié,
     Il fut par eux mis à la porte. 
Il est assez de geais à deux pieds comme lui,
Qui se parent souvent de dépouilles d'autrui,
     Et que l'on nomme plagiaires.
Je m'en tais; et ne veux leur causer nul ennui :
     Ce ne sont pas là mes affaires.

18 commentaires:

  1. Les geais se rapprochent de plus en plus des habitations, moi je les vois surtout au printemps lorsqu'ils viennent chaparder les cerises.
    En ce moment les hirondelles se rassemblent, l'autre jour sur les fils il y en avait plus de 200. C'est mon oiseau préféré, malheureusement le rassemblement est synonyme de départ et je trouve qu'elles sont en avance cette année.

    RépondreSupprimer
  2. :) la prochaine fois que tu croises "un incivique" tu n'as qu'à lui donner un nom d'oiseau ;))) (ça soulage même si ça vole bas)

    RépondreSupprimer
  3. Odile quelle chance, arriver à identifier un oiseau, mon rêve !! à part le rouge gorge et le merle et la huppe et quelques autres (genre tourterelle ou hirondelle) faciles, j'en suis bien incapable. En tout cas quelle bonne idée de nous donner La Fontaine à relire !!!

    RépondreSupprimer
  4. Bien Odile, tu n'as rien oublié des leçons de choses de ton enfance. Mais surtout tu es très attentive et curieuse de ce que t'offre la nature.
    BISOUS.

    RépondreSupprimer
  5. Bel oiseau que je croise de temps en temps mais parfois il se passe six mois sans en voir.
    Il faut dire que nous sommes entourés de chênes!
    Bonne soirée avec La Fontaine comme livre de chevet, de temps en temps ça fait du bien, oui, oui, oui!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Le geai appelle la pluie ou l'annonce en tout cas tu peux l'entendre sans le voir ,c'est pour cela que nous ne le connaissons tres peu.
    Dommage il est tres beau.
    Bises Louise

    RépondreSupprimer
  7. Oui, il y a des jours comme ça, où tout commence mal et où... la nature nous fait un beau cadeau qui balaie les petits ennuis et la mauvaise humeur.
    Encore faut-il savoir regarder ces petits cadeaux de la vie...
    Bonne soirée, Odile !
    Norma

    RépondreSupprimer
  8. Une plume bleue de geai est censée porter bonheur à qui la trouve et l'on peut apprendre quelques mots à un geai... si l'on réussit à l'apprivoiser! En Limousin j'en vois assez souvent, l'été. Nous avons même encore des hirondelles!
    Merci pour votre publication: les photos prises de près et l'humour de La Fontaine mettent de bonne humeur pour la semaine, que je vous souhaite très agréable.
    Anne

    RépondreSupprimer
  9. Voilà un p'tit bonheur qui j'espère aidera à faire envoler tes préoccupations !
    La Fontaine, quel régal !
    Fut un temps où les hirondelles avaient élu domicile sous le garage et crottaient avec acharnement sur le toit de la voiture ! Quelle galère, indélogeables, elles n'apportaient même pas forcément le printemps !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Odile, je me réjouis de ce petit passage que je viens de faire sur ton blog car les photos sont jolies et rafraichissantes par leurs couleurs et leur côté épuré (même si ce ne sont pas celles que tu aurais pu prendre) et comme toi je trouve merveilleux que la vie nous offre parfois en cadeau une jolie vision pour nous détourner momentanément de ce qui assombrit nos journées. En tout cas, bravo pour la vivacité de ton oeil et pour ta mémoire qui t'a fait retrouver la trace de ce joli oiseau.
    Bonne soirée.
    Marie
    PS : je ne connaissais pas cette fable de La Fontaine. Une bonne occasion pour toi de nous la présenter.

    RépondreSupprimer
  11. Très joli le geai, heureusement qu'il est venu détourner ton attention de tes soucis ...
    Je te souhaite un belle fin de semaine ,demain est toujours un autre jour ...

    RépondreSupprimer
  12. magnifique cet oiseau!! et j'ai trouvé une plume!!!...il peut imiter des sons je crois et mon père en avait apprivoisé un!..Je ne connaissais pas cette fable!

    RépondreSupprimer
  13. Pendant nos vacances en Corse , nous avons eu le plaisir de voir 2 geais "se promener" sur le terrain de camping où nous étions installés. Malheureusement, j'ai été trop fébrile et mes photos sont floues...
    J'ai suivi un des liens que tu as donné et j'ai appris qu'en parlant du cri du geai, on dit aussi qu'il frigulote... J'aime beaucoup ce nom que je trouve très rigolo...
    Je te souhaite de revoir cet oiseau. Ce sont de belles images à engranger dès le matin :-)

    RépondreSupprimer
  14. C'est un bel oiseau. Nous avons la chance de pouvoir l'apercevoir dans le parc juste derrière la maison ; il nous est même arrivés de trouver une plume de cet oiseau avec du bleu... J'espère moi aussi que tes soucis s'envolent vite et que tout redevienne léger et beau comme cette plume.
    Je t'embrasse,
    Ps - je n'ai encore pas vu le rassemblement des hirondelles...

    RépondreSupprimer
  15. ah lala ... il ne faut pas d' "s" à arrivéS ...
    tsssss tsssss

    RépondreSupprimer
  16. Les photos sont superbes! Je vois très souvent des geais dans mon jardin!
    Bonne journée.
    Valérie

    RépondreSupprimer
  17. Un magnifique oiseau, que j'aimais admirer lors de ses visites dans mon précédent jardin... J'en ai d'ailleurs une plume bleue, sur le ruban de mon chapeau ! Ici, je n'en vois quasiment jamais, et ils me manquent... Aussi je dois t'avouer que tes belles photos m'ont fait un immense plaisir, tout comme la lecture de cette fable si bien tournée ... Inimitable talent que celui de Monsieur de La Fontaine ! Merci !!!
    Belle semaine à toi, Odile...
    Plein de bises,
    NiNa-Lou

    RépondreSupprimer