lundi 6 mai 2019

En stage photo avec Cathy Bernot

Quelle photo choisir, pour symboliser ces moments de partages, de chaleur, d’apprentissages (pour moi) chez Cathy Bernot ? J’ai profité pleinement du cadeau de Noël que mes enfants m’avaient fait, un stage photo avec Cathy. Je la suivais depuis quelques années, d’abord grâce à un article de Nat’Images « les femmes photographes », puis sur son site internet et sa page facebook. J’ai la chance d’avoir chez moi deux de ses livres d’artiste. Elle a aussi entraîné quelques-uns d’entre nous, depuis un an, dans le « haïku du mardi », exercice que je n’avais jamais tenté pour ma part, et que j’attends désormais chaque semaine 😊 Mais jusqu’à ce week-end, je n’avais jamais rencontré Cathy. C’est peu dire que ces moments furent d’une grande richesse : enthousiasmants, émouvants, chaleureux. De ces moments qui aident à avancer mais aussi à observer le chemin… De ces moments qui permettent d’être en adéquation avec ce qu’on est vraiment.

J’ai découvert avec joie (et une grande grande modestie !) de nouvelles palettes photographiques, de nouveaux terrains d’exploration. Ce qui fut le plus difficile pour moi, c est la macro. Je débute avec un nouvel objectif, il me faudra beaucoup de travail (et peut-être changer mes lunettes !!) avant d’obtenir de beaux résultats. Cathy m’a fait découvrir les « natures mortes » et j’ai vraiment bien aimé , je vais essayer de reconstituer chez moi un petit univers pour poursuivre dans cette voie.
Je vous invite à visiter la page et le site de Cathy. Elle organise aussi des stages qui mêlent photo et créativité artistique. C'est bien tentant ... Un grand merci à toi, Cathy, pour toutes ces découvertes, ces échanges, et pour votre accueil à tous les deux (sans oublier Apache, le chien-chat si attachant  ).

Sur les photos suivantes donc, après les « natures mortes » que je trouve très vivantes, joyeuses, colorées, un petit azuré, des aubépines, des ails des ours, des orchidées sauvages (orchis mâle et orchis pourpre), du colza .


Pour en savoir plus sur les stages et diverses activités que propose Cathy : 
https://cathy-bernot.com/

Et notamment le stage "Nature en lien" : https://nature-en-lien.fr/
















dimanche 28 avril 2019

Brocante à Crécy la Chapelle

Découverte de Crécy la Chapelle à l'occasion d'une brocante, charmant village dans la Vallée des peintres du Grand Morin. Il mérite qu'on vienne le redécouvrir dans d'autres circonstances, flâner le long de la rivière, explorer les rues à la recherche de bâtiments anciens, du beffroi ou des lavoirs.










lundi 21 août 2017

De Côte d'Albâtre en Pays de Caux

Quelques jours en Pays de Caux et sur la Côte d'Albâtre.... Plus au sud, je connais bien la Normandie du Calvados et en particulier le Pays d'Auge. Plus au nord, je connais de mieux en mieux la Baie de Somme où je me rends régulièrement. Mais entre les deux, je ne connaissais pas le Pays de Caux et j'ai découvert quelques lieux bien sympathiques !
"Notre" maison se trouvait à Auberville-la-Manuel, charmant village encore doté d'un château, dont les communs furent transformés un temps en pensionnat. On y retrouve sur presque tous les bâtiments les structures typiques du pays cauchois : briques, grès, colombages et silex qui forment des constructions polychromes très harmonieuses. Côté terre ou côté mer, c'est une région encore paisible (sauf peut-être le jour des fêtes de la mer, il est alors temps pour moi de regagner les terres  !)



A quelques kilomètres, coule la Veules, qui porte orgueilleusement le titre de plus petit fleuve de France (1149 mètres  ) lequel arrose la délicate ville de Veules-les-Roses. L'eau de ce fleuve minuscule est si claire qu'on y suit le parcours des truites et que même les pommes choisissent de s'y baigner ! Le moulin Anquetil, comme d'autres sur le village, remplit encore parfaitement sa fonction.



Le Pays de Caux a vu naître quelques célébrités, dont Bourvil, né André Robert Raimbourg en 1917 comme l'atteste son acte de naissance. L'occasion de voir (à Fontaine-le-Dun) une exposition assez époustouflante de plus de 1000 documents, témoignages, affiches, photos de tournages... et la fameuse 2CV "elle va marcher beaucoup moins bien forcément" Personnage simple et attachant, acteur complet... L'exposition m'a donné envie de revoir en particulier "Le cercle rouge", son dernier film.


Nos pas nous mènent ensuite à Ermenouville pour la visite du château et des jardins de Mesnil-Geoffroy. Magnifique roseraie (2700 rosiers !) et un potager romantique parcourus sous un léger crachin.


Plus loin encore, en direction de Rouen, petite halte à Allouville-Bellefosse pour voir le seul Monument Historique vivant : un chêne plus que millénaire, qui pourrait avoir été planté au temps de Charlemagne !! Vous verrez sur les photos qu'une partie au moins de ce chêne, évidemment consolidé, étayé et restauré au fil des siècles (toujours par le menuisier du village), est suffisamment vigoureuse pour fructifier avec générosité ! Deux chapelles y ont été installées aux 17e et 19e siècles.


Après Yvetot et son plus grand vitrail d'Europe (Max Ingrand 1956, dans une église affreuse), Rouen, aussi magnifique en son centre historique qu'elle est laide (pardon pour celles et ceux qui y vivent) quand on l'aborde... La cathédrale bien sûr, le gros-horloge, le palais de justice, jusqu'à l'aitre Saint Macloud, ancien cimetière charnier... Tout est magnifiquement conservé.



Retour sous le soleil à Saint-Valery-en-Caux ville martyre dont le centre fut entièrement détruit en 1940 par les bombardements, à quelques exceptions près, dont la miraculeuse "Maison Henri IV" où notre bon roy aurait eu la bonne idée de séjourner une nuit... Cette maison, qui est désormais un musée et un espace d'expositions temporaires, est un condensé de tout ce qui se fait en matière de construction, de sols, de matières : briques, silex, colombages ; mais aussi cuir, bronze, cuivre, bois, tapisseries, indiennes...




La suite de la visite nous mène en haut de la vieille ville, vers un cloître qui est malheureusement inaccessible pour cause de travaux... futurs.


Comme dans nombre de nos régions, j'ai découvert là bien des richesses. Nous y reviendrons sans nul doute pour poursuivre les découvertes !

lundi 7 août 2017

Camille Claudel à Nogent

Juin 2017

Nogent-sur-Seine est fort opportunément posée sur la route qui va de Tremblay (où j'habite) à Troyes (où je vais régulièrement). Je m'y suis arrêtée il y a quelques jours pour visiter le tout nouveau Musée Camille Claudel.

Le musée a été construit à partir de l'ancien Musée Dubois-Boucher,  tous deux sculpteurs originaires de Nogent. Il était installé dans le bâtiment de gauche sur la photo, maison dans laquelle a vécu la famille de Camille Claudel. Des bâtiments modernes en briques le complètent désormais, afin d'offrir aux oeuvres de Camille Claudel l'espace et l'écrin qu'elles méritent. Enfin !

Le voyage commence par une présentation de "la sculpture au temps de Camille Claudel", dans les familles bourgeoises comme dans l'espace public. Où nous retrouvons des noms connus : Bourdelle, Dubois et Boucher (les 2 locaux de l'étape !), et bien sûr Rodin, avec "Femme accroupie".

Quand, après avoir vu un documentaire sur la vie de Camille (courte vie d'artiste, mais longue et triste vie de femme), on aborde les salles abritant ses sculptures, on a l'impression d'entrer dans une autre dimension... L'Aurore (sans doute précurseur de "La Petite Châtelaine"), l'Implorante, Jeune Femme aux yeux clos, et bien sûr Rodin. Autant de merveilles sculptées par Camille.


Lorsque j'avais visité le Musée Rodin à Paris, j'avais vu l'un des exemplaires de la "Valse"... Quatre sculptures différentes nous entraînent ici dans une Valse tumultueuse  et émouvante. Une salle entière leur est consacrée.


Puis après le "Portrait aux cheveux courts", c'est déjà l'évocation de "l'Age mûr", "Les Causeuses". Et le remarquable "Persée et la Gorgone" dans lequel Camille s'est représentée deux fois : le corps de la  femme décapitée, c'est elle, au temps de sa jeunesse, tandis que la tête de la Gorgone  c'est elle encore mais à l'âge mûr. Certains virent dans cette oeuvre le symbole de la mise à mort de Camille par Rodin lui-même...


Sur l'un des murs, une citation de Rodin : "Je lui ai montré où elle trouverait de l'or. Mais l'or qu'elle trouve est à elle."

Pour en savoir plus sur sa biographie et sur ses oeuvres c'est ici :: https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Claudel

dimanche 23 juillet 2017

Un autre Renoir à Troyes

Parfois, certains voyages, certaines destinations sont un peu pesants. Quand la maison de retraite, puis l'hôpital sont orchestrés par notre "ami" Aloïs Alzheimer, il faut lutter pour rester positifs. J'ajoute donc à ces voyages, désormais, une touche de beauté, de légèreté, d'art. En juin c'était Camille Claudel à Nogent. Cette fois, c'était Renoir, à Troyes.


Pour saluer l'ouverture au public de la maison de Renoir à Essoyes (visite que je ferai une prochaine fois), le Musée d'Art Moderne de Troyes propose "Un autre Renoir". Exposition modeste si l'on considère que les tableaux les plus célèbres n'y sont pas (Le déjeuner des canotiers, les jeunes filles au piano..) mais rafraîchissante, presque familiale, y compris par l'ambiance et la sérénité qui y règnent.


Dans le quartier moyenâgeux aux maisons à colombages, le Musée jouxte la cathédrale. La palette et les pinceaux de Pierre-Auguste Renoir nous accueillent, ainsi que son buste réalisé par Maillol, et un tableau d'Albert André "Renoir peignant en famille"... C'est tout à fait ce que je ressens, on est "en famille".


Viennent ensuite les figures les plus connues de ses oeuvres, Aline Charigot sa femme, et Gabrielle Renard, la nourrice de ses fils. Des portraits de femmes et d'enfants, des fleurs à profusion. Fraîcheur, tendresse, simplicité.
Pour prolonger l'ambiance bon enfant, un atelier est proposé à la fin de l'exposition, et chacun peut exprimer son talent grâce aux accessoires : ombrelle, fleurs, fruits, chapeau et même poisson !
Petite promenade autour de la cathédrale, et là.... Un sifflement répétitif, je lève la tête (évidemment !)... Vous ne le voyez pas sur la gargouille ? Rapprochez-vous, c'est un faucon crécerelle qui savait que j'allais passer là  Bien sûr je n'avais pas l'objectif adéquat (je vais rarement dans les musées avec mon objectif "animalier" !) mais on le reconnait bien tout de même. Enfin je crois !


Retour dans la vieille ville, où nul n'ignore que le Tour de France vient de passer par Troyes ! Pour en savoir plus sur Renoir, un livre délicieux écrit par son fils, le cinéaste Jean Renoir (La Grande Illusion, Le Caporal Epinglé avec le tout jeune Claude Rich). Merci Messieurs Renoir !



Pour en savoir plus sur l'exposition à Troyes, c'est
ici

Je suis ravie de retrouver ce blog, que je vais tenter de refaire vivre peu à peu ! J'y inclurai même des articles "anciens" et surtout des photos , entre janvier 2015 et maintenant, pour rattraper le temps perdu. A bientôt.