samedi 8 janvier 2022

Une beauté à pleurer

Vincent Munier, je le connais depuis longtemps, bien avant qu’il ne soit connu du grand public. C’est l’un des meilleurs photographes animaliers du monde, n’ayons pas peur des mots.  Sylvain Tesson, je l’ai découvert il y a peu. A l’occasion du livre qu’il avait fait paraitre après leur voyage au Tibet, livre opportunément titré « La panthère des neiges » qui lui valut le prix Renaudot en 2019.


Un voyage commun entre ces deux-là, quand on connait l’un et qu’on découvre l’autre, c’est un peu le mariage de la carpe et du lapin, entre le taiseux Munier et le bavard Tesson, entre le réservé Vincent et l’extraverti Sylvain, et probablement entre l’ascétisme de l’un et l’épicurisme de l’autre. C’est Vincent Munier qui en eut l’idée, demandant à Sylvain Tesson de l’accompagner, pour écrire les légendes de son futur livre de photos, autour du Tibet et de la panthère.





Ce film je l’attendais avec d’autant plus d’impatience qu’il est peu distribué dans nos contrées reculées de la banlieue est. Et si les deux précités attendent le félin sur les hauts sommets du Tibet, de mon côté je guette « La Panthère des neiges » dans toutes les villes environnantes, souvent sans succès.  Alors quel bonheur, enfin, à Chelles !  Je n’ai pas ressenti le besoin de lire les critiques cinéma, mais je me suis délectée des avis (bien plus éclairés) des spectateurs. Dans cette petite salle de quartier où nous ne sommes que cinq, la distanciation sociale est parfaitement respectée. Je suis partagée entre l’envie que ce film attire les foules et remporte le succès qu’il mérite, et le souhait que chacun le voie dans ces conditions idéales, dans un silence presque religieux., face au grand écran.

On aurait tort de se contenter d’attendre la star annoncée. On manquerait toutes les magnifiques images (de MARIE AMIGUET, trop peu citée à mon sens) de paysages, de vent, de brumes, d’animaux merveilleux : yacks « préhistoriques », manul, renard du Tibet, cette sorte de loup aux yeux bridés, troupeaux de bharal, marmottes, âne sauvage, antilopes, rapaces, accenteurs (probablement accenteurs de l’Himalaya), peut-être des bruants, et même des huppes fasciées ! Leur allure, leurs regards à tous sont tout simplement fascinants.

Ce fut le moment pour Tesson de regretter (ou constater seulement) « l’incroyable indifférence avec laquelle j’ai traversé les paysages », lui, le grand voyageur. « J’ai été vu et je n’en savais rien ». Ainsi demande-t-il à Vincent Munier « Il faut avoir une bonne vie intérieure quand tu fais des affûts tout seul… ça doit mouliner sévère du ciboulot ?» Un regard étonné et lumineux lui répond : « jamais, à aucun moment. On se sent là où on doit être ».  On imagine que le retour à la vie (je ne trouve pas le mot adapté : normale, réelle, civilisée … aucun ne me parait convenir) doit être un peu compliqué…


Je vous laisse découvrir la suite de  « ce qui était pour moi un rêve, et pour lui un rendez-vous ». Regardez bien les photos (site internet du film : https://www.hautetcourt.com/films/la-panthere-des-neiges/ ) cherchez bien, sur chacune d’elle il y a au moins un animal ;-)





Quant à moi, après Chelles il y a deux jours et Lagny aujourd’hui, je suivrai la trace de la panthère la semaine prochaine à Aulnay. En attendant qu’elle  pose ses pattes juste en bas de chez moi, en février.  Je ne serai jamais rassasiée de tant de beauté.


 

 

mercredi 6 octobre 2021

Quelques nuances de gris à Orléans

 Finalement, la météo fut plus clémente que les prévisions, seule une petite pluie fine (et bien fraiche), à la fin de la journée, accompagna notre tour de ville en petit train touristique. Orléans, au riche passé historique, où bien sûr Jeanne d'Arc est omniprésente, mais ville martyre pendant la seconde guerre mondiale, dont la reconstruction fut quelque peu... anarchique (enfin, c'est l'impression que j'ai eue).

Balade qui permet de cocher tous les "points forts" qu'on n'a pas vus dans la journée,  et nous donne envie de revenir sous le soleil, pour prendre le temps de déambuler, de flâner dans les rues de la vieille ville, et  de découvrir le joyau de la ville, la cathédrale, dont la visite nous a été interdite pour cause de "Congrès Mission" :-( 

Quelques images donc de ces promenades à pied, en train ou en bateau, point d'orgue de cette journée. C'est  grâce à l'association des "Compagnons chalandiers d'Orléans" que nous sommes partis au fil de la Loire, suivant en cela le parcours de nombreux cormorans, mouettes rieuses et hérons cendrés.

Orléans, nous reviendrons !








vendredi 24 septembre 2021

Début d'automne au Parc de la Poudrerie



 Un vendredi après-midi, c'est le calme des sous-bois et le silence seulement troublé par le chant des oiseaux qui nous attendent. Le soleil est présent en ce début d'automne, belles lumières, chaleur douce. Les familles viendront le week-end, ou après l'école, mais pour le moment le "bois" nous appartient, cette tranquillité permettant aux petits animaux de croiser notre chemin sans crainte... ou presque.

Au fil de la promenade, surgissent au détour des allées les vestiges de ce qui fut "La Poudrerie Nationale" à Sevran-Livry. Certains des bâtiments ont été réhabilités et servent de salles d'exposition ou de rencontres. L'été, le Parc, comme tous ceux de Seine-Saint-Denis, est le théatre de nombreuses animations.

Au détour des allées, aussi, tout le petit peuple des forêts, écureuils, rouge-gorge se cachent moins que tous les autres oiseaux, qu'on entend sans les voir. Et près des plans d'eaux, nombre de canards, poules d'eau, héron, grèbe... Pas de foulques ni de mandarins cette fois. Un salut aux trois séquoïas géants, aux saules pleureurs immenses et à nouveau les petits lupins au panache roux entrent dans la danse... Leur vivacité est telle qu'il  ne reste parfois que  ce panache sur la photo, mais quel panache !

Un spectacle  dont je ressors toujours émerveillée !


























lundi 16 août 2021

Visite à Parrot World


Entre pluie et canicule, difficile de trouver en cet été 2021 le temps idéal pour les visites... Défi relevé ce jour d'août, pour rencontrer les hôtes d'un "parc animalier immersif" tout jeune (ouverture en août 2020, autant dire qu'il y a eu quelques empêchements et obstacles depuis !). Ce parc, créé d'abord autour de la Parrot Wildlife Foundation, est situé à Crécy-la-Chapelle, dans le nord Seine et Marne, pour ainsi dire à côté de chez moi.

Le Parrot World n'est pas seulement le monde des Perroquets, puisqu'il accueille 600 animaux de 80 espèces différentes d'Amérique du Sud. Franchement, on n'a pas compté mais on en a vu beaucoup ! Comme d'habitude dans ce genre d'endroits, j'essaie d'éviter la foule (donc plutôt le matin que l'après-midi, plutôt la semaine que le week-end) et là, notre challenge, c'était de jongler avec les groupes de très jeunes enfants des centres de loisirs. Ce n'est pas que je sois totalement asociale, mais j'aime bien un peu de calme lors de ces visites, il me semble avoir observé que c'est aussi ce que les animaux préfèrent :-)  ! Prendre le temps de bien chercher ceux qui se cachent, puis prendre le temps d'observer les attitudes et comportements de ceux qui sont sous notre nez, un tel parc ne se visite pas au pas de charge, ce serait dommage.

Pour compléter notre visite, nous avions prévu de déjeuner sur place. Les deux espaces dédiés, à l'intérieur du parc sont assez modestes (smoothies et sandwichs à peu près) donc nous avons opté pour le restaurant attaché au Domaine de Crécy, à 3 minutes du parc (hôtel avec golf et piscine...) le Panoramic, parfait point d'orgue de cette sortie.

Voici quelques-unes des nombreuses espèces rencontrées. Un peu beaucoup dans le désordre, mais j'ai essayé de retrouver le nom de chacun d'eux :-)   

Sans aucun doute, nous y reviendrons !



Alpaga 



Vanneau téro - le cousin sud-américain de l'un de mes oiseaux préférés de la Baie de Somme.

 
On retrouve les reflets verts métalliques du cousin de la Baie.


Tas de tortues ! (je n'ai pas retrouvé l'espèce sur la brochure :-)  )


Spatule rosée - encore une cousine d'une espèce de la Baie !


Spatule et dendrocygne à ventre noir


Drôle d'animal, qui m'a rappelé le "Bec en Sabot", un peu préhistorique ! C'est le savacou huppé.


Mais qu'observe-t-il comme ça ??


Plus grands yeux que grand ventre !!!  Une carpe peut-être ?


Sarcidiorne sylvicole, dendrocygnes veufs et dendrocygnes à ventre noir (femelles peut-être ?)


Nandous, dans l'espace "Patagonia trek"


Manchot de Humboldt juvénile


Le même version adulte





Tas de loutres géantes du Brésil... L'une se rend compte de ma présence, et me manifeste un certain mépris !


Kamichi à collier




Jaguar femelle, qui s'est montrée assez timide avec nous.


Le mâle, plus démonstratif ce jour-là





Ibis rouges


Héron garde-boeufs (tiens ! un habitué de la Baie de Somme), ibis de Ridgway et Dendrocygnes veufs


Héron garde-boeufs




A coup sûr, nous n'avons pas été nombreux à le voir ce jour-là, petit, discret et bien  caché, c'était un régal de le découvrir et de l'observer : le héron strié.


Derrière le héron, des cygnes à cou noir.



Le guanaco de Patagonie


Deux espèces différentes de flamants : Les flamants du Chili (plus clairs) et les flamants des Caraïbes (plumage soutenu)






Encore une cousine américaine ! Voici l'échasse d'Amérique, cousine de l'échasse blanche très connue en Baie de Somme.


Cygne à cou noir


Coscoroba blanc, dans l'espace Patagonie également.



Si l'on n'y prend pas garde et qu'on passe un peu vite, on pourrait ne voir ici que des tas de foin....


Mais non c'est un animal ! Un capybara, dans l'espace Amazonia trek.




Très bien cachés ces deux-là aussi, il fallait vraiment les chercher pour les découvrir : les Bihoreaux gris .


Et bien sûr, en quantité, les perroquets dans la plus grande volière immersive d'Europe, espèces de la forêt amazonienne 


Aras bleus



Ara chloroptère très occupé à détruire le mobilier.



Amazone à front bleu (je crois...)




Puisqu'il nous manque quelques espèces pas ou mal photographiées (dont la cabane des 1001 pattes, arf, les coatis roux etc), nous y reviendrons c'est certain (c'est vrai je l'ai déjà écrit plus haut, mais c'est sincère) !