dimanche 15 février 2009

Rappelle-toi...

Il ne pleuvait pas sur Paris ce jour-là. Il y avait au contraire un beau soleil d'hiver, insuffisant à réchauffer les passants... Une heure et vingt minutes d'attente, devant l'Hôtel de Ville de Paris, par 4 °... Mais quel plaisir ensuite ! L'exposition "Jacques Prévert Paris la belle" ferme ses portes dans quelques jours. Et c'est un enchantement. On voudrait tout citer, tout montrer.

Pour revenir aux photos de classe (que vous allez pouvoir étudier en grand format ;-)), en voici une : Ecole André-Hamon, vers 1908. Où est Jacques Prévert ? Il est bien au troisième rang, juste à la gauche du curé... ce qui avait peut-être un sens pour lui, dès cette époque ;-). Il a raconté que cette période a été très heureuse pour lui. Son anticléricalisme ne venait pas de ce qu'il a vécu lui-même, mais plutôt de la rigidité dévote de ses grands-parents.


Le père de Jacques Prévert, André se piquait d'écriture... sans grand succès semble-t-il. Fantasque, imprévisible et suicidaire : Prévert le décrivait comme "neurasthénique". Peut-être dirait-on aujourd'hui "bipolaire". Le grand-père; lui, était "Auguste le sévère".


Les trois frères, Jacques, Pierre et Jean, perchés sur des ânes... surréalistes avant l'heure. Jean, l'aîné est mort à 17 ans, tandis que les univers artistiques de Pierre et de Jacques se croiseront leur vie durant.


Prévert a connu la notoriété grâce au cinéma (Quai des Brumes), à la poésie (Paroles) mais il a touché avec succès à tous les domaines artistiques et graphiques : chanson, photo, peintures/collages, illustration mais aussi théatre et même politique, avec le groupe Octobre... Inventif et éclectique, intransigeant aussi. Ses jugements étaient catégoriques, de passion ou de rejet. Pas de demi-mesure chez lui. Le voici avec Agathe...



et admirant... un autre félin


La fille de Jacques Prévert, Michèle, avait exactement le même petit cheval que mon petit frère Jean-Claude ! Un "Coco" de carton, que j'espère trouver un jour dans une brocante.


L'exposition est un voyage en Prévert, qu'on peut retrouver en partie sur le site internet : extraits de films, entretiens, lectures... et plusieurs versions d'une même chanson : Yves Montand, Nat King Cole. Celle que je préfère




On peut s'offrir (ou se faire offrir) le très beau catalogue de l'expo, publié par Flammarion, et... relire Prévert, revoir les grands classiques dont il a écrit les dialogues et le scénario : Quai des brumes, Les visiteurs du Soir, Le jour se lève, mais aussi Le roi et l'oiseau..





Commentaire entendu pendant la loooooongue attente : "Ben j'vais enfin la voir c'te putain d'expo !" ou la vulgarité des émotions...



Un p'tit blog pour tout savoir sur les différentes adresses de Prévert à Paris.

Image Hosted by ImageShack.us



La p'tite phrase du jour : "En France, un peu plus qu'ailleurs, les bourgeois qui font l'opinion considèrent que les grandes oeuvres ne proviennent que de leurs frères et soeurs. Jacques Prévert démontre le contraire dans ses poèmes et dans son cinéma. Qu'il en soit éternellement remercié et définitivement considéré". Robert Guédiguian.

12 commentaires:

  1. pourquoi on voit pas le premier rang des élèves quand tu agrandis et si Prévert y était; au vol!
    concours truqué! d'ailleur qu'est ce qu'on gagne comme lot!
    allez va encore bosser tes agrandissements !
    AGUYCHOU dit le tyran

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'ai la photo en entier avec le premier rang et je sais où il est Prévert... forcément à gauche du curé !

    RépondreSupprimer
  3. milles pardons,je n'ai pas utilisé le curseur de droite.
    mais j'adore critiquer Odile,la mettre de bonne humeur le matin!!!
    bisous Odile passes une bonne journée
    AGUYCHOU

    RépondreSupprimer
  4. Et toi Aguy, il faut que tu bosses l'utilisation des curseurs :-)))
    Oui Lulu, Prévert est bien sûr à gauche du curé, au 3e rang.

    RépondreSupprimer
  5. Ben voilà, c'est pas beau ça ? A ses heures, Aguy est un gaffeur, un poète du curseur.

    RépondreSupprimer
  6. D’ailleurs, si vous regardez bien, c'est pas Prévert qui a l'air le plus poète dans la classe…cherchez, y’en a qu’un seul qui sourit vraiment.

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement, Chic, Prévert a toujours un air de chien battu sur ses photos d'enfant, un côté Droopy. Je lui trouve de faux airs d'un autre Jacques... Tati ! A part ça, déformation professionnelle, j'ai repéré un garçon porteur d'une fente labiale, mais c'est nettement moins poétique. Et quelques timides sourires au milieu des visages crispés...

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai que Prévert a toujours le même air,les mains dans les poches (?) même petit il fait vieux ! On s'étonnerait même pas de lui trouver la clop au bec ! Classe bien mise, enfance privilégiée, beaucoup d'encadrement ;-) du coup pas mal de sourires c'est très très différent des photos de classe de mon p'tit village à la même époque !

    Boutique Merode, vêtements pour hommes, Paris 14ème.

    En effet repéré la fente labiale!

    Le roi et l'oiseau ZE film d'animation préféré de Félix depuis qu'il a 2 ans.... Un chef d'oeuvre... mon fils et ce film ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Je vois Lulu que tu connais ton P'tit Prévert sur le bout des doigts ! Pour ma fille aussi, le Roi et l'Oiseau c'est un incontournable, porteur de bien des rêveries enfantines.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Hola Odile,
    Merci de ce beau post si bien documenté qui nous permet de retrouver beaucoup de choses que l'on aime.
    Ça m'a fait chaud au cœur.
    Avec toute mon amitié,
    Henriette.

    RépondreSupprimer
  12. Merci Henriette, c'est un plaisir de partager avec vous tous... et on se prend au jeu :-)) A bientôt.

    RépondreSupprimer